Suriya Namaskar : la salutation au soleil pour débutant du Hatha Yoga

« Lorsque le soleil se lève, je m’éveille tout entière. » La salutation au soleil appelée en sanskrit Suriya Namaskar se pratique de préférence le matin face au soleil. Ainsi le corps reçoit l’énergie de l’étoile du matin Suriya. Il existe plusieurs salutations au soleil. Ici c’est une série de mouvements simples qui peuvent être intégrés dans votre routine quotidienne que vous soyez débutant ou expérimenté dans votre pratique du yoga. Mathilde Parquet, photographe et pratiquante chez Orezen a réalisé une série de photos pour illustrer mon expérience personnelle de cette pratique.

Les mains en "Namaste", je forme un trait d'union entre la terre et le ciel.
Les mains en « Namaste », je forme un trait d’union entre la terre et le ciel.

Il s’agit de la posture initiale. Se tenir droit, ferme, la colonne qui s’étire vers le haut. Pensez à relâcher vos épaules. Vous pouvez pratiquer les pieds écartés de la largeur de votre bassin. Souvent j’arrive à voir dès cette première posture comment va mon mental. Quand mon corps est bien ancré, je me sens posée et calme.

Je sens le réveil de ma colonne vertébrale et toute l'énergie qui évacue les mauvaises tensions.
Je sens le réveil de ma colonne vertébrale et toute l’énergie qui évacue le surplus d’air et éther.

Inspirer et lever les bras vers le ciel. Les bras sont proches des oreilles et les genoux sont droits. Les hanches poussent vers l’avant. Rappelez-vous de ne pas relâcher la tête en arrière. En Ayurveda, on parle de l’élément Vata constitué d’air et d’éther souvent responsable de déséquilibres dans notre société occidentale, notamment dû au stress qui crée de l’agitation mental. Chez moi, certaine fois cela se manifeste par des craquements articulaires appelés phénomène de cavitation suivie d’une sensation de bien-être.

Je relâche, expire, me détache et ne garde que ce dont j'ai besoin pour moi.
Je relâche, expire, me détache et ne garde que ce dont j’ai besoin pour moi.

Expirer et se pencher vers l’avant en plaçant les paumes des mains de part et d’autre des pieds. Le nez vers les genoux. Si vous n’arrivez pas à placer les mains sur le sol, n’hésitez pas à plier légèrement les genoux. Apprendre à expirer est souvent le plus difficile pour nous. J’expire souvent plus vite que j’inspire. Je prends ce qui vient à moi mais est-ce que je relâche assez facilement ou est-ce que je retiens et je m’attache ? J’aime penser en pratiquant que cela m’apprend à me détacher, à abandonner à la Terre, à mourir… à mieux vivre.

Je m'éveille avec un regard neuf et souple dans mon esprit et corps.
Je me concentre sur ce qui est présent et accueille…

Garder les mains au même endroit et en inspirant, amener la jambe droite le plus loin possible en arrière. Le genou droit est à terre, le pied droit pointé vers l’arrière. Vous pouvez au fur et à mesure de votre pratique pousser votre bassin vers l’avant avec le genou à 90 degrés au dessus de votre cheville. Je regarde loin droit devant et vers le haut pour continuer cette pratique méditative en mouvement. J’aime penser qu’après être revenu vers soi, on regarde le monde avec l’œil du débutant. Jambe droite et gauche seront alternées à chaque tour de salutation au soleil.

Je stabilise et me renforce.
Je me stabilise et me renforce.

Maintenir le souffle et ramener la jambe gauche. Ici le corps forme une ligne droite de la tête jusqu’au talon. Votre regard doit être vers le sol mais la nuque longue, vos bras toniques, la sangle abdominale activée et les jambes bien tendues. C’est souvent la posture la plus difficile à faire dans cette salutation au soleil car tout le corps est tonique mais on ne s’écroule pas. Je sens rapidement si j’ai beaucoup d’énergie lorsque j’arrive dans ce mouvement. Si ce n’est pas le cas, après la salutation au soleil, je reviens dans cette posture ou le dauphin.

J'atterris en douceur.
J’atterris en douceur.

En expirant, relâcher les genoux au sol. Les hanches restent en l’air. Veillez bien à déposer uniquement les genoux et non tout le corps qui s’aplatit par terre. C’est un processus qui permet de bien étirer la colonne vertébrale pour les mouvements suivants. J’aime aussi l’idée d’y aller en douceur pour atterrir comme une plume qui se dépose sur la terre, comme un oiseau qui se pose, je touche d’abord des genoux le sol.

Je me repose.
Je me repose.

Depuis les genoux au sol, sans bouger le corps dans la posture, déposer la poitrine sur le sol. Elle doit arriver à hauteur de vos mains. Relâcher bien votre front. Ce contact avec la terre est un repos dans cette expiration.

Je me prépare à grandir.
Je me prépare à grandir.

Inspirer et étirer dans un premier temps le dos. Eviter de pousser dans les mains et de monter directement droit dans le mouvement suivant. Il est important d’étirer toutes vos vertèbres ici. Au début de ma pratique, je faisais comme beaucoup de pratiquants que je vois à monter rapidement car je sais que je peux aller loin mais ce n’est pas la même chose de sauter de la falaise que d’apprendre à voler.

Je prends l'énergie du soleil dans mon cœur.
Je prends l’énergie du soleil dans mon cœur.

Toujours dans l’inspiration, ouvrir la poitrine et ramener la tête en arrière autant que possible. Les mains n’ont pas bougé, les épaules sont droites poussant vers le bas, les pieds pointent en arrière. Gardez les coudes près des côtes. Si vous vous sentez capable d’étirer les bras, vous pouvez. Le matin, quand la nuit a été agitée, je trouve que cette posture donne de la force pour travailler sur ces émotions.

Je m'étire dans tous les sens.
Je m’étire dans tous les sens.

Expirer, tourner ses orteils et monter les hanches vers le ciel. Ici les mains n’ont pas bougé de la précédente posture. Les mains sont bien à plat sur la terre et les talons sur ou en direction du sol. La tête est entre les bras et vous essayez de pousser votre poitrine vers vos genoux. Des fois j’aime cette posture, des fois je ne l’aime pas. Elle étire et renforce à la fois. Elle est ce Yin et Yang du yoga. L’équilibre à trouver…

Je m'éveille avec un regard neuf et souple dans mon esprit et corps.
Je m’éveille avec un regard neuf et souple dans mon esprit et corps.

Garder les mains au même endroit que la pose précédente et en inspirant, amener la jambe droite vers l’avant cette fois-ci. Comme vous le voyez, le principe de la salutation au soleil est d’être répétitif avec des ouvertures et fermetures. Je trouve qu’avec cette répétition, le corps prend une bonne routine mais à condition de garder le regard toujours neuf.

Je relâche, expire, me détache et ne garde que ce dont j'ai besoin pour moi.
Je suis davantage consciente de moi…
Je sens le réveil de ma colonne vertébrale et toute l'énergie qui évacue les mauvaises tensions.
Consciente de faire partie d’un tout.

Inspirer, lever les bras vers le ciel. A nouveau la même posture qu’au départ. Mais peut-être sentez-vous plus d’ouverture, d’énergie, de conscience dans les mouvements.

 

J'expire mains en "namaste"
Ici je remercie.

Revenir en posture initiale. Vos mains peuvent repartir pour un second tour, un troisième tour et plus. Je mets les mains en « Namaste » avec un sentiment de gratitude.

Je vous souhaite bien de l’ensoleillement intérieur. Kissline Mai

 

4 thoughts on “Suriya Namaskar : la salutation au soleil pour débutant du Hatha Yoga

  1. Merci Kissline je trouve ça super d’avoir les photos et les commentaires pour pouvoir le refaire correctement à la maison… j’ai fait ce matin la salutation au soleil (après une nuit un peu trop courte!) ça m’a fait beaucoup de bien et je suis partie positive et detendue au travail…

    1. Namaste Delphine, merci à toi de partager ton avis sur cet article. Je suis ravie de voir que tu intègres la salutation au soleil dans ta pratique. Om shanti, Kissline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *