La méditation SO HUM : de la respiration à la libération

 « La méditation tire l’âme d’une prison, elle lui fait respirer l’air céleste* » Le souffle de Vie est présent en chacun de nous. Quand nous prenons pleinement conscience de cela, une grande porte s’ouvre. Voici quelques explications pour vous aider à comprendre et à pratiquer la méditation SO HUM.

SO HUM est un mantra, c’est à dire une répétition. Cette une forme de méditation, appelée Japa, qui implique des chants et dont la vibration ressentie est puissante pour aider l’esprit à se concentrer et se calmer.  En sanskrit, SO HUM signifie « Je suis Lui ».  Par « Lui », les écoles védiques ont interprété « l’univers ».  Votre méditation par ce mantra vous rappelle que vous faites un avec l’univers.

Nous parlons également ici de méditation du souffle car le mantra est calé sur la conscience de notre propre respiration. Au yoga et en Ayurveda, le souffle est signe de Vie. Mouvement continu de la naissance à la mort, il est toujours là et éveille l’âme et l’esprit. Si vous tendez l’oreille, l’inspiration donne ce son « SO… » et l’expiration ressemble à « HUM… »

Une de manière de pratiquer est de chanter mentalement le mantra « SO HUM ». L’autre à voix haute, généralement en groupe.  Voici quelques recommandations pour pratiquer pour vous-même :

  1. Asseyez-vous en tailleur (jambes croisées), à la japonaise (les fesses sur les talons ou sur un coussin) ou sur une chaise. Les mains peuvent être posées sur les cuisses, paumes de main tournées vers le ciel.
  2. Fermez les yeux et prenez quelques minutes pour prendre conscience de votre respiration naturelle sans la modifier.
  3. Commencez par mentalement chanter « SO… » à l’inspiration en suivant intérieurement le mouvement et « HUM… » à l’expiration en suivant la descente.
  4. Continuez chaque cycle en synchronisant respiration et mantra. Il est important d’aller jusqu’en haut de votre inspiration et jusqu’à la fin. Prenez votre temps et n’allez pas trop vite. Le mantra doit résonner en vous de votre voix intérieure puissante.
  5. Si votre esprit se met à vagabonder ailleurs, ramenez simplement votre attention sur votre souffle.
  6. Une fois que vous avez terminé, vous pouvez cesser le chant mental et simplement écouter votre respiration naturelle ou votre silence intérieur. Prenez quelques minutes avant d’ouvrir les yeux.

Lorsque qu’elle est bien pratiquée, cette méditation apporte paix, calme et bonheur en soi. A vous de pratiquer !

* Citation du poète Pierre Claude Victor Boiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *