#Orezenchallenge : s’ouvrir au monde

S’ouvrir au monde, voilà le premier challenge qu’Orezen vous propose pour ce mois de février ! Parce que le monde est infiniment plus grand que ce qu’on peut imaginer. Et pourtant nous avons tendance à rester dans notre carapace ; surtout en hiver. Avec Ustrasana dite posture du chameau, ouvrons-nous !

S’ouvrir soi-même pour s’ouvrir au monde, c’est le concept même de la fleur de lotus qui lorsqu’elle s’éveille éclot. D’après Les Yogas Sutras de Patanjali, le but du yoga est de nous aider à atteindre « Moksha », c’est-à-dire la libération. La réalité qui nous entoure est en effet vue à travers notre prisme et non celui de l’univers. Dans la philosophie du yoga, on appelle cela « l’illusion » dite Maya. Du lundi au dimanche, nous nous levons, faisons nos tâches quotidiennes que ce soit envoyer des mails, s’occuper des enfants, dîner avec nos amis… mais qu’en est-il de soi ? De sa place dans ce monde ? Il est vaste, il est à la fois diversité et unité, il est incroyable ! En multipliant les points de vue, on est plus à même de s’en rendre compte.

Comment multiplier les points de vue ? La première étape est de s’ouvrir soi et de se libérer de sa ou ses carapaces. Elles peuvent être plusieurs : le corps en lui-même est une carapace avec ses limitations physiques, nos pensées peuvent également nous bloquer, nos émotions nous emprisonner… Et l’hiver, nous avons toujours plus tendance à nous replier car il fait plus froid, il y a moins de lumière et que notre alimentation est passé de la tomate ensoleillée aux pommes de terre et soupe de potiron.

Quel outil pour ce défi ? Orezen propose de s’exercer avec Ustrasana dite posture du chameau. Il s’agit d’une posture d’ouverture. Voici les étapes à suivre :

  1. S’asseoir à genou sur le tapis. Les genoux sont écartés de la largeur du bassin et la face des orteils touchent le sol. Placer ses mains sur les hanches et inspirer. Pour les personnes qui ont mal au genou, prendre une petite couverture en dessous.
  2. Pousser le pubis vers l’avant en douceur, poser en douceur les mains sur les chevilles (tournées en direction des cuisses). Ouvrir la poitrine pour que le dos fasse un arc. Maintenir les bras droits et parallèles puis descendre en douceur la tête vers l’arrière.  Fermer les yeux et continuer à inspirer et expirer profondément dans la posture pendant 20 secondes pour les débutants, 30 secondes à 1 minute pour les autres. Pour les personnes qui n’arrivent pas à toucher leurs chevilles, se positionner sur les orteils pour se mettre sur les talons. S’il est difficile de rester en position perpendiculaire pour les cuisses et les jambes, rapprocher les cuisses vers le bas pour faciliter la posture.

Ce qu’on aime avec cette pose, c’est qu’elle ouvre à la fois la poitrine et la gorge pour une meilleure respiration et l’équilibre de nos chakras. Mais elle possède également de nombreux bénéfices tels que l’étirement des muscles majeurs tout en stimulant l’abdomen et les cuisses, l’amélioration de la digestion et l’élimination, amélioration de sa propre posture, desserrement des vertèbres ou encore soulagement des douleurs lombaires.

Bien sûr, c’est là uniquement un exemple d’outil. S’ouvrir au monde ? Chacun peut l’appréhender à sa manière. L’important est d’avoir conscience avec bienveillance de soi-même et qu’il y a tant de belles choses à recevoir de l’extérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *